Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettre de prison d’Abdourahmane Bakayoko, leader du parti des Démocrates guinéens (DG)

En Guinée, on ne se renouvelle pas, on recopie. Depuis Sékou Touré. Pas les bonnes manières hélas, mais les plus mauvaises. Abdourahmane Bakayoko qui était, comme beaucoup de nos politiciens un homme pratiquement inconnu jusque-là, à cause du nombre incroyable de « partis politiques » dans notre pays, se retrouve en tôle, du fait pouvoir qui l’accuse de manque de respect, d’atteinte à Sa Majesté Alpha Condé ; l’homme venait de voir sa voiture partir en fumée par la chaleur et l’ardeur de certains « militants » très, trop démocrates de l’UFDG qui n’ont pas accepté qu’il brocarde leur champion dans son « fief ».

De Charybde en Scylla, on pourrait dire que notre apprenti-politicien, qui serait musulman pratiquant par ailleurs, n’a pas encore bu le calice jusqu’à la lie…

Voici sa lettre. Elle est manuscrite et nous ne pouvons certifier de son authenticité. Mais si elle est vraie, c’est un bien cri de détresse d’un citoyen embastillé et malmené pour délit d’opinion. Dans la très démocratique royauté qui ne dit pas son nom, républicaine par nécessité de son Excellence le Roi- Professeur Alpha Condé. Elle n’étonnera que ceux qui feront semblant. Vous trouverez le lien de sa source en bas de page.

TAD

« Pour avoir dénoncé un fait réel que tout le monde connait, pour avoir critiqué la politique de Cellou Dalein Diallo, et Alpha Condé qui a coûté la vie à plus de 100 jeunes et enfants manifestants de 2010 à 2013, les hommes de Cellou Dalein Diallo tentent de me tuer, cassent, pillent et brulent ma voiture ; les hommes d’Alpha Condé me mettent en prison.

Comme si mes propos étaient plus graves que la tuerie de plus de 100 guinéens en trois ans et pendant le mandat de celui qui se dit « premier président démocratiquement élu »…

On me met en prison dans des conditions hautement inhumaines. Nous sommes 17 détenus dans une cellule d’environ 30m2, très sale, qui ressemble à un dépotoir d’ordures.

Nous dormons à même le sol, exposés à toutes sortes de maladies et un seul détenu malade peut contaminer tous les autres. Même l’air atmosphérique entre peu ou pas dans notre cellule. Seul un très petit morceau de tôle claire de quelques cm2 au toit laisse entrer une toute petite lumière du jour dans notre cellule.

De 18H du soir à 8H du matin, il n’existe aucune possibilité pour nous d’aller aux toilettes-

Après avoir expliqué que les cellules sont très sales, il ne me semble pas nécessaire de dire que les toilettes sont plus que sales »

Labé, le 09 Novembre 2014

Abdourahamane Bakayoko

Président des Démocrates Guinéens

Tag(s) : #Droit

Partager cet article

Repost 0