Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre discours de Nouvel An pour dire la même chose. Alpha Condé et ses conseillers en communication devraient revoir leurs copies pour mesurer l’ampleur des promesses et annonces non respectées depuis 2010. L’écart entre ces discours et la réalité est d’une évidence incontestable.

En vrac, je vous propose quelques extraits de discours de 2011 à 2015. Déjà le 21 décembre 2011, l’an 1 de son investiture, Alpha Condé prononçait un discours dans lequel il nous promettait :

« A l’image de la préparation d’un champ, nous avons réussi durant les 12 mois derniers, à défricher, labourer et semer les graines qui annoncent d’abondantes moissons. 2012 sera pour la Guinée, l’année de la floraison et l’année de la transformation. C’est au cours de cette année 2012 que nous sentirons tous, de façon tangible, une amélioration progressive de notre mode de vie. C’est en effet en 2012 que nous moissonnerons les récoltes semées en 2011. »

A l’évidence, la moisson se fait encore attendre.

A l’époque, le fameux code minier à la saveur hautement communiste était sa potion magique. Le fantasme était présent et sans évaluer les signaux défavorables sur le marché international des minerais de fer par exemple ou encore les réticences des sociétés minières par rapport à ce nouveau code minier, Alpha Condé et son gouvernement déclinaient partout les clauses de ces contrats et les « hypothétiques » réalisations futures : « Ces énormes projets de construction de routes, de chemins de fer, d’usines de transformation qui accompagnent naturellement des activités minières vont engendrer des milliers d’emplois qualifiés et bien rémunérés.

Nous pouvons d’ores et déjà citer : la construction du chemin de fer « trans-guinéen », qui permettra de relier Conakry à Bamako... ; la construction des ports de Matakan et de Benty qui vont assurer l’exportation de nos minerais par des bateaux de 300,000 tonnes, et nous permettre aussi d’être très compétitifs face à la concurrence d’autres pays miniers ».

Sans mentionner d’échéance, l’annonce de ces mégaprojets avait une simple visée propagandiste, faire rêver, sachant pertinemment que des préalables sont nécessaires et l’environnement instable des affaires alimentait les réticences des miniers. Mais toujours fidèle à sa gouvernance par annonce, Alpha Condé était dans son élément. Etre le plus grand marchant d’illusions du pays.

Concernant l’amélioration de la desserte en électricité, il déclarait dans ce même discours de décembre 2011 :

« Bientôt les améliorations seront visibles. Vous avez été nombreux à suivre l’arrivée des groupes thermiques. 125 mégawatts supplémentaires suivent et vont permettre d’améliorer la desserte en électricité des foyers de la Ville de Conakry d’ici en 2012.Cela signifie que les populations de Conakry auront de l'électricité à plus de 16 heures par jour. »

Pour ce qui est de l’eau, son discours de Nouvel An 2013 est plus éloquent, il nous annonçait :

« Le gouvernement a mobilisé le financement nécessaire à la réalisation des travaux d'alimentation en eau potable des villes de Lola, Yomou, Gaoual, Lélouma et Tougué. Les travaux démarreront en 2013. »

Pour vérifier cela, nous n’avons pas besoin de débats, les ressortissants de ces différentes préfectures peuvent en témoigner. A défaut, les interrupteurs, les ampoules et les robinets de Conakry et de l’intérieur du pays sont des véritables indicateurs de confirmation ou d’infirmation.

Le 10e et 11e FED (Fonds européen de développement) ? Ils servent à quoi ces fonds ? Parlant du 10e FED dans son discours de Nouvel An 2013, Alpha Condé nous informait :

« Nous avons enfin signé avec la Commission européenne l’accord pour le 10e Fonds européen de développement (FED). D’un montant total de 235 millions d’euros, cette enveloppe financière va permettre à la Guinée de réaliser des investissements essentiels dans les services sociaux de base, que sont la santé, l’eau, l’assainissement, et de bâtir les infrastructures routières indispensables à la circulation des personnes et des biens. »

Et en 2015 il nous annonce :

« Notre pays vient d’être déclaré éligible au onzième Fonds européen de développement de l’Union européenne, d’une valeur de 244 millions d’euros destinés à appuyer la Guinée dans la consolidation de l’Etat de droit et la promotion d’une administration efficace au service des citoyens. »

On se demande finalement de quels investissements essentiels on parle. Engloutir des milliards à EDG (Electricité de Guinée) pour avoir de l’obscurité comme résultat. Ou encore avec la déliquescence du système de santé guinéen étalée au grand jour par l’épidémie d’Ebola, ces fonds ont plutôt servi à l’enrichissement illicite d’un petit groupe qu’à la réalisation des « investissements essentiels »

Dans un contexte Ebola, le « mouton noir » tout désigné pour endosser toutes les contre-performances du régime et servir de dissimulateur des multiples détournements de fonds, Alpha Condé sollicite une aide budgétaire en 2015 :

« Nous comptons sur une aide budgétaire orientée vers nos priorités nationales en matière de santé publique ».

Franchement, vous voulez une aide budgétaire mais pas de partenaires financiers pour les élections ? Alpha Condé disait récemment qu’un Etat souverain doit pouvoir financer ses propres élections. Ça change quoi en termes d’affirmation de la souveraineté ? Il fallait simplement dire que vous ne voulez pas d’observateurs internationaux pour les élections futures. Ces fouineurs d’observateurs qui vous ont privé les communes de Conakry en 2013 lors des élections législatives. On comprend très bien vos préoccupations. Mais faites preuve d’un minimum de cohérence. Bref, revenons sur les discours.

La justice ? Dans le discours de Nouvel An 2013, Alpha Condé déclarait :

« J’ai également érigé la lutte contre la corruption et le renforcement de l’Etat de droit en priorité. L’instauration d’un Etat de droit passe par une justice indépendante et équitable pour tous. L’année 2013 sera celle de la justice. Je mesure plus que quiconque la nécessité d’établir une justice respectée des justiciables et équitable entre les parties. »

S’il y a un secteur qui a été profondément malmené depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir c’est bien celui de la justice. Le seul qui ait bénéficié d’une justice depuis l’arrivée d’Alpha Condé c’est bien sûr Alpha Condé lui-même dans la supposée attaque de son domicile en 2011. Des dizaines de dossiers sont pendants aujourd’hui dans les juridictions du pays parce que tout simplement les principaux accusés se trouvent être des acteurs ou autres proches du pouvoir.

L’armée dans ces discours ? Oui ! C’est extrêmement important dans toute dictature de jauger le bruit de fond de la fameuse grande muette qui d’ailleurs n’est pas si muette que cela dans nos pays. Alors il faut d’un côté l’amadouer et de l’autre, la corrompre. Dans son discours de Nouvel An 2015, elle occupe une place de choix dans l’ordre des bénéficiaires des vœux :

« Je voudrais également exprimer une pensée solidaire pour nos vaillants soldats qui sont mobilisés sous le drapeau international pour défendre la paix et traduire notre engagement à lutter sans relâche contre d’autres fléaux qui menacent notre région : le terrorisme international, la criminalité transfrontalière et les trafics en tous genres ».

Déjà en 2011, son discours allait dans le même sens mais un peu plus délicat pour une catégorie, cependant la logique manipulatrice est la même : « Le départ à la retraite de 4.200 éléments se fera avec un plan d’accompagnement pour chaque homme. La fin de service dans l’armée comme dans la fonction publique en général doit bientôt être perçue comme une nouvelle opportunité et non comme un désespoir. » Ces malheureux retraités attendent toujours ce fameux plan d’accompagnement qui n’existe pas en réalité.

Avec les leçons tirées de la parenthèse Moussa Dadis Camara, l’armée guinéenne vit aujourd’hui dans la suspicion permanente entre ses éléments. Une atmosphère instaurée par Alpha Condé et ses garants dans l’armée. Mais comme elle a une tradition de faire un coup d’Etat seulement à l’annonce de la mort d’un président, elle continuera à bénéficier des avantages de l’offre alléchante du pouvoir politique.

L’opposition ? Elle est plus présente dans les discours improvisés d’Alpha Condé que dans les discours officiels. A la place des traditionnels propos acerbes à son encontre, les discours officiels cherchent plutôt à justifier la « bonne foi » d’Alpha Condé à privilégier le dialogue.

Même si les mots sonnent faux.

Dans son discours de 2011 il disait :

« Pour renforcer l’unité nationale, je veillerai personnellement à la poursuite du dialogue politique multipartite que j’ai initié en recevant les leaders politiques le 15 novembre dernier. Je ferai de mon mieux pour combler les différences, accueillir des opinions contradictoires et guérir les traumatismes de la division ».

Aujourd’hui l’impasse politique est due à ce déficit de dialogue. La question du cadre consensuel dans le processus d’organisation des élections pose encore problème entre Alpha Condé et son opposition. D’ailleurs, le caractère laconique sur la question dans son discours de Nouvel An 2015 laisse à réfléchir sur sa volonté réelle d’organiser des élections transparentes cette année : « L’année 2015 s’annonce comme une grande année électorale. Nous avons l’impérieux devoir de réussir ces élections afin de poursuivre dans la sérénité, les grandes réformes dont notre pays a besoin pour son développement économique et social ». A moins d’un an de la fin de son mandat présidentiel, Alpha Condé « renouvelle » les mêmes promesses annoncées en 2010 en se projetant dans le futur qui semble inaccessible :

« C’est cet avenir que nous devons construire ensemble. Une nouvelle gouvernance, fondée sur une large ouverture politique, économique et sociale et la rigueur dans la gestion de la chose publique… Nous fixer de nouveaux horizons… Dessiner ensemble les contours d’un futur plus prometteur. »

Ce « futur plus prometteur » ! Reste à savoir s’il en fera partie ou si les Guinéens le déposeront à la prochaine gare pour solliciter un autre conducteur du train Guinée.

Sékou Chérif Diallo

Nouvel An : Alpha Condé nous offre un discours de plus

Partager cet article

Repost 0