Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TMS-2-OGDH.jpg

L’organisation guinéenne de défense des Droits de l’homme et du citoyen-OGDH- a hautement apprécié :


1.    L’élaboration d’un code de bonne conduite exhaustif et pertinent,
2.    La signature de ce document par les deux candidats au 2ème tour de la présidentielle.
Mais malheureusement, il semble que ce document ne fut pas vulgarisé au sein de tous les militants des partis politiques afin qu’ils puissent s’en approprier et s’en servir  comme guide pendant cette campagne, pour que des élections justes, propres, apaisées, donc acceptables aient lieu. Il faut tout faire pour éviter une guerre civile.
Aujourd’hui, la République de Guinée a besoin de démocrate réfléchi, pondéré, rassembleur, porteur d’espoir et non d’un  pyromane. Il faut un homme, qui réunit  tout le peuple pour construire ce pays, aux énormes potentialités, dans la liberté basée sur les règles de démocratie et de l’Etat de droit.
Tout leader qui veut accéder à la fonction suprême de l’Etat ne  doit pas ignorer qu’il se disqualifie en se laissant guider par la passion du pouvoir.


Il y a des actes posés qui inquiètent aujourd’hui. Ce sont notamment :


1.    La dévalorisation de la constitution par sa banalisation, comme d’habitude.
2.    Le renvoi sine die de l’élection du Président de la République, acte qui contrarie et frustre même beaucoup de Guinéens qui ignorent la façon dont on travaille en République de Guinée. C’est l’amateurisme. Le refus d’une approche scientifique des faits objectifs conduit à une feuille de route inapplicable. On attribue souvent ces résultats à d’autres causes.
3.    Des procès iniques  encore organisés contre des personnalités de la CENI dont l’une va recevoir des honneurs nationaux démentant ainsi l’appréciation du juge.
4.    Le maintien de pratiques criminelles que l’on croyait révolues : la disparition forcée de Monsieur Sékou Souapé KOUROUMA, le 14 septembre 2010 dont la voiture serait dans un camp militaire et, lui-même, aux îles de Loos.
5.    Les provocations avec des affrontements graves entre militants des deux candidats et des violations du droit à la vie et à l’intégrité physique, à la liberté, à la propriété des participants à la campagne ou à des simples passants dans la rue.
6.    Des mineurs arrêtés les 11 et 12 septembre sont encore détenus au secret
et traités de façon inhumaine et dégradante.

Ces actes de violences physique et verbale sur fond d’ethnocentrisme contribuent à approfondir le clivage de la société et conduire à une crise profonde qui mènerait le pays à la catastrophe et ainsi empêcher les élections qui doivent aboutir pour la première fois, à une bonne gouvernance politique et économique ou même amener l’armée à reprendre le pouvoir.


L’égocentrisme sur fond de régionalisme et d’ethnocentrisme qui ne mène qu’à la ruine.

L’OGDH condamne avec la dernière énergie ces violations des droits de l’homme.

Elle invite les deux candidats à la retenue et à la fidélité au Code de Bonne Conduite.
Elle en appelle au chef de l’Etat et au Gouvernement  afin qu’ils  continuent leur œuvre de constructeurs de la paix dans la neutralité, surtout au respect de la constitution.
Ils doivent continuer les réformes nécessaires pour créer une armée républicaine.

Elle demande aux forces armées et de sécurité de continuer leur tache de veille dans l’intérêt de la démocratie. Seule et unique fonction.

Elle rappelle aux forces vives, l’histoire glorieuse et tragique de leur lutte pour un Etat de droit, histoire qui doit sous-tendre toute leur action. Elles doivent lutter pour que la Guinéen soit citoyen et démocrate.


L’OGDH en appelle aux partenaires bi-et multilatéraux de la République de Guinée afin qu’ils ne baissent jamais les bras jusqu’à la fin de la transition qui doit être positive.


Pour le Bureau Exécutif de l’OGDH
Le Président


DR. SOW THIERNO MAADJOU

Tag(s) : #Communiqué

Partager cet article

Repost 0