Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Guinee

La Guinée doit organiser le second tour de l'élection présidentielle le 24 octobre, "sans aucune possibilité de report", ont affirmé jeudi les ambassades des Etats-Unis et de France à Conakry, en appelant les deux candidats à "agir de façon responsable".

Dans un communiqué conjoint, les deux pays affirment d'une même voix: "l'élection doit se tenir le 24 octobre sans aucune possibilité de report qui pourrait permettre aux forces anti-démocratiques de contrecarrer cette transition historique".'

"Les Guinéens veulent et méritent ce moment crucial de leur histoire. Il est temps que les aspirations démocratiques de la Guinée, aspirations qui ont été bafouées pendant plus de 50 ans, deviennent une réalité", concluent-ils.

Le second tour de la présidentielle doit départager deux civils, Cellou Dalein Diallo (43% des voix au premier tour) et Alpha Condé (18%), après un demi-siècle de régimes autocratiques.

"Nous exhortons les candidats, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, à agir de façon responsable, contenir leurs militants et prévenir la provocation ou tout autre acte d'harcèlement qui pourrait inciter à la violence", écrivent les deux ambassades. "Les autorités de la transition et les cadres de la commission électorale doivent demeurer neutres (...)", ajoutent-elles.

Elles saluent par ailleurs "les efforts continus" du président de la transition, le général Sékouba Konaté, "dans l'accomplissement de ce processus électoral en vue de la démocratisation du pays".

Ce communiqué conjoint est publié alors que les partis des deux candidats s'accusent mutuellement de vouloir contrôler la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et la placent au centre de leurs disputes.

Jeudi, un religieux très respecté dans le pays - l'archevêque de l'église anglicane de Guinée, Mgr Albert David Guillaume Gomez - a été nommé membre de la CENI par le général Konaté, sur proposition des organisations de la société civile. Un avocat au barreau de Conakry, Me Amadou Salifou Kébé, a également fait son entrée dans la CENI.

Le même décret a créé "un comité de suivi et d'évaluation des actes préparatoires du second tour", présidé par un représentant du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise guinéenne.

Le texte précise que ce comité n'exercera "nullement les attributions de la CENI", seule compétente pour l'organisation de l'élection, mais devra "s'assurer de l'effectivité des tâches accomplies et de celles à accomplir"

AFP

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0