Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Changai 1 Chine

Les investissements, les projets de coopération et l'aide chinoise en Afrique augmentent, mais cela ne met pas en danger les intérêts des pays occidentaux.

Les relations sino-africaines sont demeurées sur la bonne voie pour un développement rapide et tous azimuts ces dernières années, sous la direction et l'impulsion solides du Forum sur la Coopération Chine-Afrique. D'énormes progrès ont été faits dans les domaines de la politique, de l'économie, de la culture, de la sécurité et sur d'autres plans, et les mécanismes de coopération bilatérale continuent de s'améliorer constamment.

Une série de réalisations remarquables a été accomplie dans le domaine de l'économie et du commerce, le volume du commerce bilatéral ayant dépassé les 100 milliards de Dollars US en 2008. La Chine reste à l'heure actuelle le deuxième plus grand partenaire commercial de l'Afrique, et ses investissements sur ce vaste continent ont connu une croissance constante. A la fin de 2009, le volume cumulé des investissements non financiers de la Chine dans les pays africains avait dépassé 8 milliards de Dollars US et elle était devenue le plus grand investisseur sur le continent parmi les nations en développement.

Les affaires de la Chine en matière de contrats d'ingénierie ont également fait des progrès dans les pays africains, ayant augmenté de près de 25 fois lors des dix dernières années. A l'heure actuelle, l'Afrique est, pour la Chine, le deuxième plus grand marché à l'étranger en termes de contrats de projets.

De plus, les deux parties font de gros efforts pour promouvoir la coopération bilatérale dans les secteurs des finances, des télécommunications, du tourisme, de la navigation et des services.

La Chine a forgé des traditions et caractéristiques distinctives dans le développement de ses liens avec l'Afrique, en particulier s'agissant de ses investissements et de son aide économique au continent.

L'élan rapide et ferme de la croissance des investissements chinois en Afrique a été essentiellement attribué à l'établissement progressif d'une stratégie d'investissement dominée par le marché sur cette vaste terre, avec les entreprises jouant le rôle principal, plutôt que ke gouvernement.

Actuellement, le nombre des entreprises chinoises investissant en Afrique dépasse 1 600, les investissements gouvernementaux, privés ou individuels constituant une structure d'investissement qui se complète mutuellement.

En plus de ses investissements prospères, l'aide chinoise à l'Afrique a maintenu, s'agissant de ses politiques, son élan et sa continuité. La position de la Chine est constante, à savoir qu'elle n'attache aucune condition politique préliminaire à son assistance économique aux pays africains.

Elle s'oppose aussi aux pratiques courantes des pays occidentaux qui, depuis la fin de la Guerre Froide, ont toute une série de conditions préalables supplémentaires pour accorder leur aide économique, limitée, au continent.

L'aide chinoise au continent africain s'étend à présent à plus de 50 pays, et, à la fin de 2009, un total de 900 projets avaient été établis.
 

L'aide économique de la Chine à l'Afrique vise à accroître les capacités d'autonomie des pays bénéficiaires, et donc elle a souhaité conduire des projets d'assistance avec les pays africains dans le domaine des moyens d'existence des gens. La Chine attache une grande importance à l'efficacité de ces projets.

Dans son élan pour la coopération économique et l'assistance aux pays africains, la Chine a adhéré au principe, auquel elle tient depuis longtemps, d'égalité, et elle considère donc tous les pays avec qui elle a établi des liens diplomatiques comme des partenaires égaux, sans montrer la moindre préférence pour tel ou tel pays.

En cela, la pratique chinoise diffère de celle adoptée par la France, l'Allemagne, le Portugal et d'autres pays occidentaux, dont l'aide économique au continent se concentre souvent sur les anciennes colonies de ces pays. Cette façon de faire a été largement critiquée comme une tentative de l'Occident de maintenir des liens coloniaux dans la période post-coloniale, sous couvert d'aide économique.

Comparée à ces faux-semblants occidentaux, la Chine reste fidèle aux promesses qu'elle a faites aux pays africains, peu importe quels genres de changements peuvent avoir lieu. L'attitude du gouvernement chinois, en même temps que le dévouement dont fait preuve le personnel qui travaille en Afrique, a apporté au pays les suffrages des gouvernements et des peuples des pays bénéficiaires.

Les efforts de la chine pour développer les liens économiques et commerciaux avec les pays africains ne sont pas seulement basés sur ses besoins de développement économique à long terme ; les aspirations au développement des pays africains et leurs demandes réelles sont également pleinement prises en considération.

Avec le développement rapide de la coopération sino-africaine, le partenariat stratégique entre la Chine et l'Afrique a été plus encore consolidé et approfondi. Les faits démontrent que la coopération sino-africaine florissante, en particulier dans les domaines économique et commercial, rejoint les aspirations communes des deux parties à développer leur économie et à améliorer le niveau de vie de leurs peuples. Cela est favorable, non seulement au développement économique durable de la Chine, mais aussi au développement économique et social de l'Afrique.

Dans le même temps, la coopération florissante avec la Chine aidera à renforcer le statut international de l'Afrique et élargira son potentiel stratégique pour la coopération internationale.

Cette coopération prospère avec l'Afrique a également attiré une attention croissante dans le monde, et en particulier dans les pays occidentaux, où l'on croit que la présence grandissante de la Chine en Afrique va étrangler ou tout au moins compromettre les intérêts de l'Occident sur le continent. A l'évidence, il y a quelques différences claires entre la Chine et les pays occidentaux dans leur façon de coopérer avec l'Afrique, que ce soit en termes de politique ou de méthodes de coopération.

De toute façon, les liens économiques et commerciaux de la Chine avec les pays d'Afrique ne visent aucune partie tierce. Dans le contexte de la mondialisation, la Chine conserve une attitude ouverte envers la coopération, et elle n'exclura jamais la possibilté d'une coordination internationale.

Ce que la Chine a gagné en Afrique ne veut pas dire des pertes pour les autres pays. La Chine et les pays occidentaux bénéficient d'avantages différents en Afrique.

Ce dont ils devraient tous se préoccuper est de savoir comment leur présence en Afrique peut aider à favoriser le développement du continent, tandis que leur présence sur place leur apporte à eux-mêmes des bénéfices commerciaux.

L'auteur est Zhang Hongming, chercheur à l'Institut des Etudes d'Asie de l'Ouest et d'Afrique à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost 0