Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RPG72-2.jpg

Les affrontements commencés hier à la suite des agressions des partisans de Cellou par ceux du RPG continuent à Conakry.

D’après RFI, le leader du RPG qui est à la base des tensions et des affrontements actuels qui visent à empêcher la tenue des élections, a fait appel à l’armée, pas à la police comme cela se doit, pour le sauver. Il semble bien qu’il était bloqué par des jeunes déterminés de Conakry, décidés à l’empêcher de prendre la fuite après avoir provoqué des tensions ethniques dans le pays.

Il faut signaler qu’un jeune qui nous avait informés ce matin avait précisé que désormais ce sont les leaders du camp des provocateurs qui seront leurs cibles directes et qu’ils ne permettront pas à Alpha Condé de fuir le pays après y avoir mis du feu.

Selon les dernières nouvelles qui nous sont parvenues en cours de rédaction, c’est finalement Bah Oury et d’autres responsables du camp des bâtisseurs qui sillonnent le secteur pour appeler les jeunes au calme et les prier de rentrer à la maison.

A côté du siège du RPG à Hamdallaye, des policiers ont tirés des coups de feu pour défendre le siège du RPG où des jeunes en colère avaient poursuivi des loubards de l’arc-en-ciel qui s’y sont retranchés après avoir attaqué, à coups de pierres, les partisans du camp adverse.

Après la décision finale et ferme de la Ceni, avec le soutien du CNT, d’organiser l’élection du second tour le 19 septembre 2010, il ne reste plus à Alpha Condé que l’option de la tension et des agressions pour espérer obtenir la non-tenue du scrutin à la date prévue.

Rappelons-nous qu’au premier tour, tout s’est passé dans le calme parce qu’Alpha Condé l’avait voulu tel: « Avant l’élection du 27 juin, ne faites rien, même si on vous provoque. Parce qu’ils ont peur qu’on aille à l’élection. Ce genre de troubles pourrait provoquer le report de l’élection. C’est pourquoi, même si on vous piétine, retirer le pied sans réagir, jusqu’au soir du 27 juin après le vote. L’élection aura eu lieu et vous aller maintenant vous occuper de l’ordre ici. Nous allons bâtir un Etat fort … », avait-il déclaré à ses partisans le jour de son investiture comme candidat du parti, le 15 juin 2010 à Conakry.

Nous félicitons la Ceni de maintenir le scrutin à la date prévue (19 septembre 2010). Le repport n'aurait rien changé à la situation qui est créée et entretenue par le groupe arc-en-ciel qui se voit perdant au second tour. Au contraire, leurs provocations finiront par impliquer les autres coordinations régionales aux troubles qui prendront une dimension nationale et plus violente. La tactique de Alpha et ses partisans est désormais de suivre les conseils des "sages du Manden", c'est à dire à pousser au choas pour que l'armée garde le pouvoir. Si le vote n'a pas lieu le 19 septembre, alors la jeunesse et toutes les populations de la Capitale sont priées de se mettre débout pour terminer cette transition en Guinée en investissant ceux qui ont la majorité derrière eux au pouvoir. Sékouba et ses complices connaitront le sort de Moussa Traoré et ses fidèles du Mali début des années  90.

 

GUINEEPRESSE.INFO

 


Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :