Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mamadou Barry-UFDG-1Décidément, tous les jours on se pose des questions de savoir s'il y a un pilote dans l'avion UFDG, tellement les actes et les décisions prises compromettent à terme la bonne marche du parti dans la perspectives d'installation d'une machine de conquête du pouvoir dans un futur proche.

Il y a quelques mois, un écrit avait été publié sous la plume de votre serviteur, à l'époque, Directeur adjoint de Campagne UFDG lors des législatives et qui portait sur le besoin des "États Généraux de l'UFDG avant le Congrès de 2014"

 

L'essence de cet écrit était le non cumul des fonctions entre les postes au niveau du parti et ceux au niveau du Parlement, afin de permettre l'insertion de nouveau talent dans les instances de décision du parti.

 

En Août 2014, il n'est non seulement pas question de congrès, mais en plus de cela, des décisions tombent sans aucune relation avec une quelconque mise en place d'une machine politique dans une perspective de conquête politique. Des décisions d'ordre purement administratif qui doivent se faire dans la gestion courante d'un parti politique sont prises à coups de grands Décrets comme si cela avait un impact sur la vie et les enjeux politiques du parti.

 

1. De ce qui existe déjà :

 

Il y a quelques années, une grande décision a été prise de mettre en place un Bureau Exécutif de plus de 300 membres. Une procédure de régularisation de des membres avait été entamée et stoppée sans raison. Conséquence, le Bureau Exécutif en l'état n'a absolument aucune autorité comme organe de décision du parti.

 Dans ce même ordre d'idées, un Conseil Politique, supposé être issu du Bureau Exécutif a été composé et change au gré des humeurs et tant tôt simplement élargi, tant tôt juste élargi aux députés avec toujours une suprématie des proches du Président dans la prise de décision finale.

 

Dans cette perspective, et après la Présidentielle de 2010, difficilement, un Comité Stratégique avait été mis en place sous l'autorité du Président. Ce Comité, après plusieurs années de travail dont les fruits ont été régulièrement soumis au Président, est en train de mourir dans l'indifférence totale des membres du Conseil Politique qui ont pourtant contribué à son installation.

 

 

Dans la même vision et avec une certaine volonté de mieux tirer les leçons de la Présidentielle en matière de gestion des ressources, une commission de mobilisation avait été mise en place et présidée par Kenda DIALLO, le Trésorier du Président. A cette époque, une petite équipe avait été mise en place pour réfléchir sur la mise en vente de cartes de membres en vue de renflouer les caisses du parti pour les échéances futures. Cette commission a disparu d'elle-même sans que l'on ne comprenne les raisons fondamentales.

Pour essayer de mettre fin à la grosse lacune de l'UFDG en matière de communication, la décision à été prise de mettre en place une cellule de communication qui relèverait du Président alors qu'il y a un Vice-Président en charge de la Communication et des Relations Extérieures. Une décision est sortie pour la mise en place de cette cellule avec pour Coordonnateur, Oumar WANN des Etats-Unis. Cette décision n'a jamais été annulée et n'a jamais été opérationnelle non plus.

Dans l'optique du Congrès en Août 2014, une autre décision est sortie pour faire de Bano SOW, le Vice-Président par intérim en charge des Affaires Politique, alors qu'il était adjoint à l'implantation. Aujourd'hui, ce Vice est en France alors que le processus de restructuration du parti est en plein cours dans Ratoma à travers des congrès de Comités de Base et de Sections. Bano SOW est en France officiellement pour l'installation des structures du parti alors que BAH Oury peut, parfaitement jouer ce rôle à l'étranger. A l'absence de Bano SOW, au lieu de renforcer BAH Salim au niveau du Secrétariat à l'implantation et à l'organisation pour la poursuite du processus d'installation des structures, c'est le secrétariat en charge des affaires électorales qui est chargé de cette implantation pendant que la CENI tripatouille le processus électoral sans un œil vigilant des affaires électorales du parti. De nos jours, en plein processus de restructuration et de redynamisation des structures du parti sous la supervision supposée de Bano et selon les nécessités de services, Bano Sow se trouve en France avec apparemment, un autre agenda caché.

2. De ce qui arrive en plus :

Il y a quelques jours, on a pris connaissance des dernières décisions du Président pour ce qui est de la gestion administrative, comptable/financière et logistique qui relèvent simplement de la gestion quotidienne du parti pendant que les défis majeurs qui nous interpellent se trouvent au niveau de l'organisation politique du parti.

 A cet effet, nous avons :

A. La Décision relative à la nomination de Mr. DIALLO Mamadou Maladho, comme Trésorier par Intérim avec des notions très limitées sinon quasi inexistante de comptabilité et/ou de finance pour assurer une gestion comptable et financière d'un parti de l'envergure de l'UFDG. Mamadou Maladho est également la troisième personnalité du Comité de Rénovation des équipements de l'UFDG et aussi Responsable de la Régie/Production de la cellule de Communication. Ces décisions cumulées ne respectent aucune notion du principe de ségrégation des tâches pour éviter les conflits d'intérêts. Un Trésorier ne peut pas être en même temps responsable d'un poste de dépenses ;

B. La Décision relative à la mise en place du Comité de Rénovation des équipements de l'UFDG, avec pour Président, encore et encore et toujours Aliou CONDE qui était, déjà depuis l'arrivée de Cellou Dalein à l'UFDG un certain 15 Novembre 2007, Secrétaire Général du Bureau du Président, sans que le parti ne bénéficie d'aucune administration même au plus haut sommet de la Direction en plus de ce poste, Aliou CONDE est la troisième personnalité du Comité d'Orientation Stratégique de la Communication de l'UFDG ;

C. La Décision relative à la création d'un Comité d'Orientation Stratégique de la Communication de l'UFDG. Comme pour faire plaisir à certaines personnes au détriment de l'efficacité, il a été question de mélanger des députés et des non députés. Pour le principe de non cumul, un député a une envergure et des défis au niveau national et son intervention va au delà des préoccupations du parti. Une distinction nette doit être faite à ce niveau. La communication des députés doit être principalement axée sur les réalités entre le législatif, l'exécutif et accessoirement, le judiciaire. Celle du parti doit se tourner vers les militants et les structures pour une sensibilisation/information/formation et surtout une action sur le terrain en vu de dynamiser la machine pour la conquête ;

D. La Décision relative à la Restructuration de la Cellule de Communication de l'UFDG. Avec un Coordonnateur, un Coordonnateur Adjoint et un Responsable des Relations Publiques, il est difficile de faire la part des choses d'autant plus que cette cellule est supposée être sous la coupole du Vice-Président en charge de la communication et des Relations Extérieures. Cette inquiétude est encore plus grande lorsqu'on voit un certain Sékou Chérif FADIGA, sorti de nulle part ou du néant, avec tous les propos qu'il a eu à tenir à l'encontre de l'UFDG et de son leader à une certaine époque, venir du jour au lendemain occuper un poste de Responsable de Relations Publiques et Porte-Parole de l'UFDG, cela fait juste sourire ! Je peux comprendre un homme qui adhère ou qui rejette un parti pour sa vision et son projet. Je peux aussi comprendre un homme qui suit un leader pour son charisme, sa vision et ses convictions. Mais je ne peux pas comprendre un homme qui crache sur un parti et son leader hier, pour adhérer à ce même parti et suivre le même leader aujourd'hui. Je ne sais pas comment on peut appeler un tel homme, mais mois je n'ai que mépris et dégoût pour des individus de cette nature ;

E. La Décision portant nomination du Président du Comité de Mobilisation des Ressources de l'UFDG en la personne de El Hadj Diouma BAH, proche de BAH Oury, comme s’il y avait un deal depuis la rencontre de Dakar. Une décision avait déjà été prise pour la mise en place d'une Commission de cette nature avec pour Président, le Trésorier du Bureau du Président de l'UFDG. Cette dernière Commission est restée, comme les autres sans aucun impact sur la gestion des ressources du parti dans les règles de l'art.

L'UFDG se trouve manifestement à poser des actes sur le principe d'un éternel recommencement comme si au niveau du leadership, il y a toutes les difficultés du monde à donner une vision, à fixer un cap, à définir des objectifs et à suivre les actes des uns et des autres dans un concept d'obligation de résultats. Dans cette situation, tout le monde se retrouve avec des comités et des commissions qui naissent tous les jours sur les cendres des précédents sans jamais que l'on se pose des questions sur d'où l'on vient où l'on va.

3. De la Tournée du Président :

Après des visites en Afrique de l'Ouest et Australe, le Président s'est rendu en Europe et maintenant en Amérique du Nord. Si nul ne doute du besoin de se positionner à l'internationale, il est tout aussi important de voir le bien fondé et surtout l'opportunité de certains déplacements.

Il est important de souligner sur une estimation de près de trois millions de guinéens vivant à l'étranger, seulement cent vingt milles son effectivement recensés. Le défi donc n'est pas de se faire accueillir par 80% de ces trois millions! mais plutôt de s'assurer que nos compatriote de l'étranger puissent voter le moment venu. Ce combat d'inclusion de ces guinéens sur le fichier électoral à travers un nouveau recensement se passe à Conakry et pas ailleurs.

Pendant que la CENI fait ce qu'elle veut avec le fichier électoral et les termes de référence pour le lancement de l'appel d'offre pour le nouvel opérateur, on apprend qu'un autre malien est dans nos murs pour "corriger" les anomalies du fichier électoral.

Pendant que nous assistons à un silence assourdissant de certains des membres de la CENI issus des partis de l'opposition qui au départ étaient neuf, et se retrouvent aujourd'hui à pas plus de quatre, les autres, en particulier, le second commissaire présenté par l'UFDG, à savoir Pathé DIENG, trouvent que la CENI fait un travail extraordinaire.

Pendant que le monde entier est choqué par les résultats du recensement général de la population et de l'habitat que le pouvoir veut institutionnaliser, afin de servir de base pour légitimer un fichier électoral taillé sur mesure pour Alpha CONDE et le RPG, rien n'est en route pour stopper en amont cette fraude en perspective.

Si on ne sait plus ce que Lansana KOUYATE à comme projet, une certitude nous confirme qu'il n'est pas en Guinée pour la suite du combat. Aux dernières nouvelles, Sidya TOURE non plus n'est pas en Guinée. En plus de ces deux anciens PM, le leader de l'opposition guinéenne non plus n'est pas à Conakry et la marge de manœuvre de cette opposition est très réduite. Espérons que pour des raisons de Ebola et la mise en quarantaine de la Guinée, ils ne vont pas être obligés de rester plus longtemps que prévu en punition à l'étranger.

Pour ce qui est de la tournée du Président de l'UFDG en Amérique du Nord, on sait qu'il a dans sa valise un certain Dr. Ousmane BANGOURA, une autre des nouvelles coqueluches de l'UFDG après FADIGA. La volonté de conquérir la Basse Guinée est telle que l'on fait preuve encore une fois de la même naïveté et de la même simplicité d'esprit à croire que des individus sortis de nulle part, sans aucune assise et sans aucune base électorale, sont en mesure de nous livrer, comme un paquet postale, la Basse Guinée sur un plateau d'argent. Il y a quelques temps, une équipe avait été mise en place avec Kalémodou YANSANE, Ibrahima Sory TOURE et Djibril YOULA pour les discussions et le maintien des relations entre l'UFDG et les partis politiques de la Basse Guinée. Que devient cette équipe aujourd'hui et surtout que devient le travail abattu par cette équipe ?

Pas plus que la Forêt ou la Haute Guinée, l'UFDG aura besoin d'un projet, d'une vision et surtout des valeurs républicaine pour asseoir les bases d'une alternance en 2015. Les guinéens ont compris l'incapacité de Alpha et de son équipe, c'est à l'UFDG de consolider ce capitale confiance et de construire un projet non pas sur la base d'un rapprochement ethnique qui est le jeu de Alpha, mais sur la base d'une construction nationale au profit de toute les populations guinéenne. Le défi n'est plus de se demander qui est proche de qui ou qui a enseigné qui, mais plutôt qui propose quoi de concret au peuple de guinée de l'Ouest à l'Est et du Nord au Sud.

4. Du Congrès de l'UFDG :

Août 2009 - Août 2015. En effet, on entrelace depuis très longtemps, mais la Direction ne fait pas de ce passage obligé, une priorité absolue. On se contente simplement de meuble par ci et colmater par là. Le moment venu, parce que le Congrès est une obligation ne serait-ce que pour investir Cellou Dalein DIALLO comme candidat de l'UFDG à la Présidentielle de 2015.

Mais on parle de congrès sans jamais imaginer tous les contours de cet exercice qui vise, in fine, le renouvellement des instances dirigeantes du parti. Pour ce faire, un processus devrait prendre forme pour assurer des États Généraux de toute la gestion durant les cinq dernières années avec un bilan pour tous les titulaires des postes en général et ceux installés par le congrès de 2009. Du premier responsable au dernier, il sera question de rendre compte de la gestion de tout un chacun.

Ce processus devrait prendre place depuis plus de six mois avec le renouvellement des structures à la base pour finir par l'installation des instances dirigeantes en Août. Par ces instances, on entend le Bureau Exécutif et ses Secrétariats Nationaux, le Conseil Politique, le Comité National des Femmes, des Jeunes et des Sages et finir avec l'installation des cinq Vice-Présidents et le Président qui sera par la même occasion, investi, candidat du parti pour 2015.

Nous voilà en fin Août 2014 et personne ne parle du Congrès. Si tout le monde est unanime sur le fait qu'après Octobre 2015, s'il n'y a pas élection, Alpha CONDE ne sera plus légitime comme Président de la République, il faut aussi s'accorder sur le simple fait que si Août 2014 passe sans le congrès, Cellou Dalein DIALLO ne sera plus légitime comme Président de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée.

 5. Des Enjeux Politiques actuels :

Il n'y a plus de doute pour personne que s'il y a une alternative au pouvoir de Alpha CONDE en Guinée, elle viendra forcément de l'UFDG. Mais cela ne doit pas rester simplement dans le potentiel. Il va donc falloir un leadership fort et sans ambiguïté aux yeux tant des militants et de la population toute entière, mais aussi et surtout à ceux de nos alliés politiques et de nos partenaires de la Communauté Internationale.

A ce propos et dans une évidence totale, l'UFDG se doit de prendre effectivement le leadership dans le positionnement de la machine pour sortir Alpha CONDE du jeu politique par tous les moyens y compris par la voie de la force.

Toute la machine est mise en place pour un passage en force en 2015 :

1. Le fichier est en phase d'être mis en conformité avec le recensement général de la population ;

2. Un Assistant Technique venu du Mali est en train de légitimer ce travail;

3. Un opérateur est en route pour remplacer Waymark et continuer son travail;

4. La CENI ne présente plus la parité exigée entre le pouvoir et l'opposition et est sous le contrôle de Alpha;

5. Les Chefs de Quartier non zélés aux dernières élections ont été remerciés;

6. Les Préfets et Gouverneurs qui n'ont pas été vigilants lors des dernières législatives on été mis à la portes;

7. Comme en 2010, Alpha a encore récemment fait appel aux Imams qu'il faut pour passer son message et le reste se fera dans les mosquées;

8. Une rencontre entre Alpha et les membres de l'opposition Extra-Parlementaire à permis de diviser encore un peu plus cette opposition qui se rétrécit comme peau de chagrin.

Face à cette machine, le leadership de l'opposition ne semble pas être en mesure de donner la réplique en vision, en stratégie et surtout en présence effective sur le terrain pour marquer le coup et attirer l'attention des citoyens sur les dérives de ce régime.

La dernière en date est sans aucun doute cette histoire de 20 Millions de Dollars saisis au Sénégal et qui reste en travers la gorge de tout un peuple sans que l'opposition qui est supposée tenir les cinq communes de la capitale, ne soit en mesure d'instaurer une désobéissance civile jusqu'à ce que Alpha sorte de son silence où décide quitter le pouvoir.

Il faut chasser Alpha du Pouvoir par tous les moyens possibles.

Pour ce faire, le yeux sont tous tournés vers l'UFDG.

C'est donc au leader du plus grand parti de Guinée de prendre la mesure de la responsabilité qui pèse sur ses épaules devant Dieu et devant les hommes.

Dans la conquête du pouvoir, on peut mourir, là n'est pas le problème.

Mais l'histoire doit retenir que vous êtes mort les armes à la main !

A chacun de prendre ses responsabilités.

Le temps presse et 2015 c'est demain !

 

Mamadou BARRY,

Analyste Financier

mamadoubiro@yahoo.fr

628-28-09-09 (Orange

 

( 28 – Septembre – 2009)

Tag(s) : #Analyse

Partager cet article

Repost 0