Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-08-19_212640.jpgL'épidémie, la plus grave flambée d'Ebola depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique en 1976, a fait au moins 1.229 morts, selon le dernier bilan de l'OMS arrêté au 16 août, sur 2.240 cas (confirmés, suspects ou probables) : 466 au Liberia, 394 en Guinée, 365 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

A Monrovia, capitale du Liberia qui compte pour 53 des nouveaux morts et 48 des 113 cas supplémentaires, l'inquiétude provoquée par la disparition des patients d'un centre d'isolement attaqué pendant le week-end par des habitants en colère est un peu retombée après leur localisation.

"Les 17 patients qui ont fui le centre pour malades d'Ebola ont tous été retrouvés. Ils se sont rendus à pied d'eux-mêmes à l'hôpital JFK", le principal établissement du pays, a déclaré le ministre de l'Information Lewis Brown.

"A présent, nous essayons de retrouver tous les contacts que ces 17 personnes ont pu avoir. Ceux qui ont pris d'assaut le centre sont peut-être en danger d'exposition à la maladie", a-t-il précisé, ajoutant que les responsables du quartier s'étaient engagés à faire du porte-à-porte pour les inviter à consulter en cas de symptômes.

Par ailleurs, "trois médecins (libériens) qui ont reçu le médicament expérimental ZMapp réagissent au traitement", a indiqué M. Brown. Ce sérum expérimental américain a été livré à Monrovia la semaine dernière.

Le Libéria est le pays le plus touché en raison d'une conjonction d'éléments défavorables : l'épidémie se passe essentiellement dans le district de Monrovia, densément peuplé et, surtout, le pays souffre d'un manque flagrant de médecins. Selon Cyprien Fabre, responsable du bureau d'aide humanitaire de l'UE (Echo) pour l'Afrique de l'Ouest, "il y a un nombre de médecins ridicule par rapport à la population (0,1 pour 10.000 habitants), contre 2,6 en moyenne en Afrique".

 

A lire in-extenso sur LePoint.fr

Tag(s) : #Santé

Partager cet article

Repost 0