Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AC-Cleb-RPG--lisant-le-journal-1Devant la recrudescence des menaces de mort  proférées par les agents extrémistes encagoulés du pouvoir de Conakry, notre compatriote Nouhou Baldé n'avait d'autre choix que de porter plainte devant la justice guinéenne. Justice qui, comme chaque guinéen le sait, est absolument indépendante et neutre dans ses décisions (pardon si nous vous avons offensé, c'est involontaire), et dont les verdicts sont respectés à la lettre par le pouvoir en place...

"Faute de grives, on mange des merles". Vous le savez, chers compatriotes.

En effet , habitué aux menaces de tous ordres dans son travail, M. Nouhou Baldé se trouve particulièrement soumis à un tir groupé de personnes appartenant aux cercles du pouvoir depuis qu'il a dénoncé un projet d'assassinat visant un leader de l'opposition, Cellou Diallo.

" Nouhou Baldé a expliqué comment il s'est entouré de toutes les précautions pour traiter cette information. Mais depuis, se rappelle-t-il, il a reçu sans cesse des appels téléphoniques de menace de mort. Tantôt, tard la nuit, tantôt, des appels anonymes aussi. Tantôt enfin, des SMS du genre. "On te connait et on en finira bientôt avec toi!". Au début, raconte Nouhou "J'ai voulu banaliser les menaces mais après tout, ces "ennemis" ont persisté qu'ils ne blaguaient pas." 

Dans sa déclaration intitulée : " Menace de mort contre le journaliste Nouhou Baldé", Me Thierno Souleymane Baldé, président de l'Institut de Recherche sur la démocratie et l'Etat de droit (IRDED), a décidé de soutenir et d'appuyer cette plainte enregistrée sous le numéro 361 et dès lors attend sereinement de voir la suite de l'enquête que la justice va mener. 

 

Me Baldé a déploré du fait qu'avant cette menace, d'autres journalistes avaient été victimes d'actes de harcèlement, d'intimidation, d'attaque et de tentative de musellement de la presse.

Il fustigera, par exemple, la tentative de lynchage des journalistes de la presse privée de la part de certains agents de sécurité, l'agression contre des confrères des radios privées, la tentative d'assassinat par balles réelles du journaliste Mandian Sidibé, le pillage des locaux du journal Le défi, les menaces de mort contre son directeur de publication, le saccage de la radio Sabari.(1)

 

Dans ce pays, la Guinée, où le Pr Président "parle comme Gandhi et agit comme Hitler", appartenir à "une certaine ethnie", comprenez les peulhs, faire son travail correctement , surtout dans les médias, fait de vous ipso-facto un ennemi de la galaxie Angbansanlé de M. Alpha Condé.

 Vous avez un seul droit, un seul devoir: encenser le "Pr Président de la République, démocratiquement élu".

Cet homme, dont les discours mielleux sont saupoudrés de mots tels que fraternité, paix, concorde entre les fils du même pays, etc..., les fautes grammaticales  et de contresens en moins, est déterminé à instaurer en  Guinée une espèce de "Doutché" tropical. Il est aidé en cela par la "gendarmerie nationale"  en quasi-totalité composée de son ethnie, une "certaine ethnie au pouvoir exclusif" pour ne pas dénoncer sa dérive ethnique malinké et ses crimes journaliers.

Avec les fameux Donzos, la milice ethnique d'Alpha Condé, ils ont bâti un réseau à mailles serrées chargé de surveiller et surtout mettre au pas toute tentative d'expression libre et indépendante.

En Guinée, il est de règle que les criminels ne soient ni trouvés, ni punis, même quand tout le monde les connait. Le premier cercle d'assassins connus sont ministres ou de l'entourage immédiat d'alpha Condé: Sékou Resco Camara,  le commandant Pivi, le commandant Thiegboro et toute une armada de civils passés maîtres ès provocations et utilisation de loubards grassement payés.

Ce sont eux qui s'attaquent régulièrement aux cortèges de marcheurs pacifiques de l'opposition.

De l'autre côté, la machine de propagande digne de Goebbels déverse tous les jours son flot de désinformations  dont l'objectif premier est d'aveugler la "Communauté Internationale", comprenez la France et les USA.

C'est donc le bon moment de nous montrer solidaires avec Nouhou Baldé et tous ceux qui combattent courageusement l'hydre communiste déguisée en régime RPG du "Professeur démocratiquement élu", que les Guinéens, malgré la misère, raillent sous forme de "PD élu".

Car le régime n'hésitera pas une seconde à nous diffuser à sa RTG le type de message suivant du Bureau de Presse de la Présidence (officine de propagande du type de la défunte Agence TASS communiste):

"Le Président de la République (le) professeur Alpha Condé, son gouvernement et le peuple de Guinée ont la grande tristesse de vous faire part du décès accidentel de Monsieur "X" survenu lors de sa couverture de la marche de l'opposition du...Selon des témoignages concordants, le décès serait dû à de balles tirées par les marcheurs incontrôlés de l'opposition. le président rappelle que les forces de sécurité, sur ordre du Ministre de la défense (alpha Condé) ne portent aucun fusil à balles réelles lors de ces manifestations.

Une enquête est en cours qui permettra de mettre hors d'état de nuire les auteurs de ce lâche attentat , qui ne restera pas impuni. Le président sera représenté à ses funérailles par le Premier ministre l'honorable Saïd Fofana. Paix à l' âme de ce valeureux fils de Guinée, pays de paix, de liberté et de concorde sous la direction du Pr alpha Condé."

Si vous en doutez, rappelez-vous le sort de Mme Boiro. A part nommer son mari Ministre-alibi  de quelque-chose-qui-n'intéresse-personne,  qu'est-ce que le pouvoir RPG a fait pour dire le Droit sur ce qui apparait être un crime d'Etat?

Thierno A DIALLO

 

(1) http://www.guineenews.org/detail_article.asp?num=201352119153

Tag(s) : #Libre opinion
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :