Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ousmane_Kaba-1.jpg

Contrairement à l’article paru sur Guineenews, relatant la visite d’Ousmane Kaba à Bangkok, l’article-ci vient au nom du droit à l’information correcte, apporter les précisions sur les faits relatés sur le premier site d’information guinéen.

Comme ce fut le cas lors du premier voyage d’Alpha grimpeur à Paris après son installation anticonstitutionnelle à la présidence, voyage aucours duquel il n’avait rencontré que les Malinkés installés en France (Lire), tous ceux qui avaient la physionomie d’un Peuhl étaient purement et simplement renvoyés par les malinkés postés à l’entrée du lieu de la rencontre aidés par les services de sécurité français.

C’est à peu près le même scénario qui vient de se passer à Bangkok ce vendredi 20 avril 2012, lors de la visite de l’homme au passé sulfureux (lors de son passage à la banque centrale), en l’occurrence Ousmane Kaba; à la seule différence qu’ici, les non Malinkés n’ont pas été informés de la venue d’un des larbins du régime fasciste guinéen. La Thaïlande compte certes une forte communauté guinéenne, communauté pour laquelle l’écrasante majorité est Malinké et vit entre le quartier de Bangrak (Bangkok) et la ville de Djantaburi, à quelques heures de route de la capitale. Le reste, les Peuhls, quelques dizaines à peine, sont concentrés dans le quartier arabe de Sukhumvit. Le fait que les deux communautés vivent séparément ne date pas d’aujourd’hui et la raison en est que les activités que mènent l’une et l’autre sont diamétralement opposées. Les Malinkés sont dans le business des pierres précieuses dont les centres d’affaires sont entre Bangrak et Djantaburi, alors que les Peuhls font de l’export et sont installés pour la plupart à Sukhumvit.

In fine, outre le manque d’information, la visite d’Ousmane Kaba a été préparée et organisée par les Malinkés. Pour preuve, c’est le vendredi, jour même de la rencontre avec ses parents que le reste de la communauté a eu vent de l’arrivée de ce membre du régime de Conakry, sans que les non-Malinkés ne soient informés au préalable. Ce qui veut pratiquement dire que le voyage de Kaba est une visite rendue à ses parents, les Malinkés.

Ce n’est pas la première fois que des informations non fiables au sujet des guinéens paraissent sur guineenews. Lors des inondations d’octobre et novembre 2011 qui avaient détruit plusieurs villes du centre du pays et une partie de Bangkok et causé la mort de plus de 600 personnes, guineenews avait là encore mentionné qu’aucun guinéen n’avait été touché par la catastrophe. Chose qui n’est pas étonnante surtout lorsque le rédacteur de ces articles faisait sans doute partie de la même communauté qui a rencontré Kaba ce vendredi. A l’époque, des guinéens avaient bel et bien été touchés, mais ces derniers étaient malheureusement Peuhls et vivaient dans les quartiers de Ram Inthra et de Minburi (Nord Est de Bangkok). Certains, bien que peu nombreux et qui habitaient ces quartiers, avaient été obligés de se réfugier ailleurs comme ce fut le cas de plusieurs milliers de thaïlandais suite aux recommandations du gouvernorat de Bangkok.

En fin de compte, à quoi bon de citer une victime guinéenne, lorsque celle-ci n’est pas Malinké aujourd’hui et de surcroît lorsque celle-ci s’avère être Peuhle ?  

Pour revenir au cas de la visite de Kaba, il est à signaler que même des personnes n’étant pas Malinkés mais ayant largement contribué à l’installation du consul honoraire de Bangkok ont été purement et simplement négligés. Il faut remonter au début des années 90, quand l’ethnocentrisme et la haine raciale créés par Alpha Condé et ses sbires n’avaient pas encore vu le jour, que les guinéens de Bangkok, Peuhls, Malinkés et Soussous s’étaient joints les mains pour négocier avec le ministère guinéen des affaires étrangères d’alors pour l’installation d’un consul à Bangkok. A l’époque, il fallait se rendre jusqu’à Kuala Lumpur en Malaisie pour toute démarche qui nécessitait la signature d’un représentant de l’Etat guinéen. Aujourd’hui ce sont ces mêmes doyens de l’ethnie Peuhle ayant contribué inlassablement pour faciliter la tâche des guinéens en Thaïlande qui sont écartées au nom de la haine raciale prônée et défendue par le “Professeur de Droit” Alpha Condé.

Le constat est frappant lorsqu’on compare l’évènement de Bangkok à la visite d’Alpha Condé en Chine il y a quelques mois. Pays dont l’écrasante majorité des guinéens qui y vivent sont Peuhls. La visite entre Alpha et la poignée de Malinkés à Pékin n’avait nullement fait d’écho dans la presse.

Pour finir, il reste à savoir quels sont les vrais motifs de ce voyage à la veille des élections dont l’organisation est déjà dénoncée par plus de 60% de la population. C’est également l’occasion de rappeler qu’une campagne de recensement des guinéens bien masquée avait été initiée par les Malinkés en Thaïlande l’année dernière, mais auquel les Peuhls avaient refusé de participer. Aujourd’hui, personne ne sait si ce recensement avait finalement eu lieu, si oui, à quoi il devrait servir.

Le régime dictatorial guinéen ne veut pas sortir de son rêve, rêve qui le fait croire qu’il apportera un quelconque progrès en Guinée en marginalisant la plus grande majorité des guinéens. Raison pour laquelle depuis son parachutage, il n’a pas bougé d’un seul iota, au contraire tout a régressé depuis son arrivée.

 

Boubacar Bah

Administrateur de Lavoixpeuhle

http://www.lavoixpeuhle.info