Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Konate McinGeneral-3

Au Mali, au Ghana comme au Bénin, on a connu des transitions militaires qui ont réussi à la satisfaction de leurs peuples et de toute la communauté internationale. Au Bénin, c’est le dictateur militaire qui était au pouvoir en personne, Mathieu Kérékou, qui a entendu les cris de douleur de son peuple et s’est plié au principe de la démocratie. Il en sera récompensé quelques années plus tard par le même peuple.

 

Par leur attitude responsable, républicaine et patriotique,  Amadou Toumany Touré, Jerry John Rawlings et Mathieu Kérékou ont empêché leurs pays respectifs de sombrer dans l’ethnocentrisme et le chaos. Ces pays sont devenus des nations respectées et en voie de développement. En Guinée, le couple Dadis/Sékouba a eu cette opportunité. Elle a tourné à la catastrophe parce que l’un des deux, Sékouba Konaté, n’était pas sincère dans le jeu. Il était avec Dadis dans le seul but de se faire connaître et pousser son compagnon à se discréditer pour récupérer le pouvoir le moment venu. D’ailleurs, on apprend dans le dernier N°. de JA que Sékouba a toujours gardé l’opinion que c’est lui qui devait succéder à Lansana Conté.

 

Le général Konaté  et ses réseaux ethniques y travaillaient ardemment: quand Dadis insultaient les hommes d’affaires, les diplomates et le gouvernement français, on faisait la publicité de Sékouba Konaté avec des CV qui le présentaient comme le véritable homme politique et bon militaire qu’il fallait à la tête du CNDD. Les tournées de Alpha Condé en occident allaient dans le même sens. D’ailleurs dans les milieux diplomatiques européens, après les massacres du 28 septembre 2009, il se disait clairement que l’on comptait désormais sur une solution militaire qui viendrait de l’entourage même de Dadis.

 

Arrivèrent après la balle de Toumba Diakité, la rencontre de Sékouba avec les émissaires français et leurs homologues américains au Maroc, l’internement de Dadis à Ouaga et les accords qui firent de Sékouba le président par intérim de la transition pour 6 mois.

 

L’erreur fatale était commise: un militaire du CNDD et un Malinké pour diriger la transition en Guinée! Cette communauté qui a toujours été prête à tout pour avoir et garder le pouvoir dans ce pays! Tous les citoyens malinkés guinéens n’ont pas cet esprit mais tous les réseaux politiques, intellectuels et militaires de cette communauté agissent dans ce sens, depuis des années. Ils viennent d’être rejoints par l’Union Mandingue et les sages de la Haute Guinée.

Tous ces réseaux avaient demandé à Sékouba de garder le pouvoir ou à défaut, le remettre à leur fils Alpha Condé ou à un autre militaire proche mais pas au Peul Cellou Dalein Diallo. Faisant fi des élections démocratiques et de l’expression de la majorité du peuple!

 

Le Premier ministre auquel on a promis le maintien a pris fait et cause pour Alpha Condé. Le RPG et ses alliés ont tout fait pour reculer le second tour, piétiner et modifier la Constitution, puis déstabiliser la Ceni allant jusqu’à instrumentaliser la justice, faire arrêter et emprisonner des citoyens sans jugement ni même inculpation. Le président de la transition est resté sans réaction devant ces faits graves de nature à compromettre la cohésion nationale et tout le processus démocratique en cours! Les autorités de la transition iront jusqu’à refuser de recevoir le groupe de contact pour les dernières évaluations de l’avancement du processus de transition.

 

Face à la réaction de plus en plus grande de la communauté internationale, Sékouba convoque tous les acteurs de la transition pour faire connaître ses positions le 21 septembre 2010. Tout le monde était persuadé de connaître ce jour la date du second tour, d’autant plus que la Ceni l’avait informé être définitivement prête avant le 30 septembre. Mais Sékouba qui connaît les raisons de tous les reports du second tour (Le RPG et ses alliés doivent d’abord avoir le contrôle des organes en charge de l’organisation de l’élection), parle de façon à mettre ses parents en garde d’agir avant la fixation d’une date pour le second tour:

 

« Je préviens que si cette date est fixée, il n’y aurait plus de report. », dit-il en insistant.

 

Au moment où des hommes politiques et dirigeants des institutions du pays abondaient dans la démagogie pour lui lancer des fleurs sans réflexion, l’équipe de GUINEEPRESSE avait fait une analyse en affirmant que Sékouba a parlé pour inciter le RPG à refuser tout compromis rapide sur une nouvelle date (Lire).

 

Aussitôt les choses s’accélèrent: Sékouba partit pour le Mali. Depuis sa suite, sa conseillère Mme Sangaré qui est l'interface entre le président de la transition et le candidat Alpha Condé, appelle pour donner consigne au RPG à Conakry. Le parti passe à l’action dans la même nuit, sans même attendre le matin, pour faire son putsch au sein de la Ceni, visant à porter Lounseny Camara à la tête de cette institution.


Dans leur plan, cette action devait absolument précéder la fixation de la date du second tour. Le gouvernement devait valider l’acte avant le retour de Sékouba de Bamako qui viendrait alors fixer la datte du second tour. Mais les choses se compliquent avec la réaction plus forte de l’alliance des bâtisseurs et surtout du CNT qui met en garde contre cette validation. Cette alliance donne 48 h aux autorités de la transition, à compter du vendredi 24 septembre, pour mettre fin à la situation de confusion au sein de la Ceni. Même Jean Marie Doré cherche à rassurer Cellou pour qu’il accepte cette dernière et ultime phase du plan visant à les mettre définitivement à mort en Guinée, lui et ses alliés.

 

Au retour de Sékouba Konaté du Mali, ce vendredi 24 septembre, il trouve une délégation de ses parents venue faire monter la pression sur lui. Ces vieux "de son village" lui dictent la conduite qu’il doit avoir en tant que chef d’Etat guinéen. « Nous préférons que tu remettes le pouvoir à Alpha que tous les cadeaux que tu nous a faits, y compris une Mosquée ! », lui auraient-ils dit.

 

Si Sékouba était responsable et républicain, la Guinée allait connaître une transition paisible et démocratique qui va solidifier les bases de l’unité nationale et réduire l’ethnocentrisme comme au Mali, au Bénin et au Ghana. C’est la faiblesse d’esprit de Sékouba et son penchant ethnocentrique en coulisse qui ont encouragé les notables de la communauté mandingue à faire ses démarches multiples envers lui.

 

Sékouba Konaté doit maintenant choisir d’être un chef tribal malinké ou l’homme auquel toute la Nation a porté confiance. Il doit choisir d’être le fils des Malinkés ou celui de la Nation guinéenne ! Car une chose doit être claire: nous sommes prêts à accepter la démocratie mais plus un pouvoir malinké, peul, soussou ou forestier en Guinée ! Plus Jamais Ça !!!

 

Des deux candidats, c’est Cellou Dalein Diallo qui a la majorité derrière lui avant et après le premier tour. C’est lui Cellou Dalein Diallo qui fait preuve de sagesse et qui peut réconcilier et unir les Guinéens. Cela est une évidence. Alpha Condé n’a ni famille ni biens importants en Guinée. Cet homme n’a pas été élevé dans l’amour et la culture africaine. Il n’aime personne et rien d’autre que ses intérêts personnels.

 

Cellou Dalein Diallo n’est pas faible ni idiot. Il est descendant d’une famille de "prêtres" (Marabouts) dont la vocation a toujours été d’enseigner la foi, concilier des personnes et faire des médiations. C’est ce qui explique la sagesse qui caractérise l’enfant de Dalein et grâce à laquelle le pire est jusque-là évité en Guinée. Mais trop, c’est trop ! Cellou n’est pas de culture guerrière mais cette culture existe bel et bien au Fouta aussi. Que ceux qui l’ont oublié consultent l’Histoire ou qu’ils continuent à nous défier !

 

Monsieur le président par intérim, chers Alpha Condé et notables du Manden, si vous permettez qu’on abuse de la sagesse de Cellou Dalein Diallo pour lancer un défi à toute l’ethnie peule et à tous les démocrates guinéens, nous mettrons les sages de côté pour vous faire face. Jamais nous n’accepterons que vous transformiez la Guinée en un royaume malinké!

 

- D’autant plus que ce pouvoir que vous voulez faire incarner par Alpha Condé a déjà défini ses cibles: les hommes politiques peuls, les hommes d’affaires ou commerçants peuls, la Moyenne Guinée, les "mauvais" Soussous et les cadres de l’alliance des bâtisseurs.

 

- D’autant plus que le "jugement" et la condamnation expéditive des responsables sélectionnés de la Ceni, l’enlèvement nocturne de Sékou Souapé Kourouma (retrouvé 5 jours après dans les prisons de Kassa) rappellent les agissements des milices du PDG en alliance aujourd’hui avec le RPG. Ce système pervers et sanguinaire, on ne vous permettra pas de le ramener en Guinée.

 

Quant au représentant des Nations Unies qui affirme que si les civils ne font pas attention, l’armée va revenir au pouvoir, nous l’informons que c’est l’armée qui est pouvoir depuis 1984 et que c’est le ministre de la défense du CNDD qui dirige la transition par la faute des forces vives guinéennes et de la communauté internationale. Cette communauté internationale finance tout et laisse des esprits mauvais conduire les pays qu’ils disent aider au chaos. Tout le monde a vu le conflit ivoirien arriver avec des comportements similaires à ce que nous connaissons aujourd’hui en Guinée. Mais au nom d’une prétendue souveraineté, ils ont laissé le pays en venir à la guerre civile pour exprimer après leurs regrets. En Guinée, le même scénario est entrain de se reproduire.

 

Les affirmations du représentant de l’ONU tendent à satisfaire la demande formulée par les sages de la Haute Guinée et l’Union Mandingue à Sékouba, à savoir donner le pouvoir à un proche de l’armée au lieu de conduire le processus démocratique à sa fin avec comme résultat, l’élection du Peul Cellou Dalein Diallo comme Président.

 

Nous prévenons ici tout le monde que cela ne marchera pas cette fois-ci. Si Sékouba tente ces manœuvres et la communauté internationale laisse faire, alors nous deviendrons tous des militaires en Guinée pour libérer notre pays des mains des racistes primitifs qui n’ont fait que trop retarder ce pays.

 

A bon entendeur, salut !

 

 

SADIO BARRY,
Ingénieur en Informatique

 

Rappel:

L'image du général en médecin militaire n'est pas une photo, mais un montage  que j'ai fait avec Photoshop. Nous pensions à l'époque qu'il serait le bon "docteur" de la transition.D'où notre déception actuelle.

De même les images de J-M Doré en militaire, de Dadis sur un lit d'hôpital, etc.. sont aussi des montages signés que nous vous offrons. Ne les prenez pas pour des photos, vu que certains sites  reprennent  ces images de Guineelibre en coupant notre signature. D'où des erreurs d'appréciation auprès de certains internautes.

Nous n'en sommes donc pas responsables.


TAD

Tag(s) : #Libre opinion

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :