Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Konate Gl-1

Le président de la transition Guinéenne doit s’adresser ce mercredi 15 septembre au peuple guinéen sur la question du maintien ou du report de la date du second tour. A quelques heures de cette adresse à la nation, le général Sékouba Konaté a rendu visite à la troupe ce matin. Il a réaffirmé la neutralité de l'armée dans ce scrutin et mis en garde tous ceux qui seraient tenté d'y déroger.

Au moment où la tension politique monte entre les deux camps qui s’opposent pour la présidentielle, le général Sékouba Konaté a voulu envoyer un signal clair aux Guinéens. L’armée est restée neutre pendant la transition, elle le demeurera et se mettra au service du vainqueur du scrutin, quel qu’il soit.

Un message lancé sous forme de félicitation à la troupe rangée devant lui dans l’enceinte du camp Alpha Yaya. « Nous sommes très contents, très satisfaits, nous vous encourageons, parce que aujourd'hui, il faut le reconnaître, vous êtes un exemple en Afrique. Le militaire guinéen peut partir un peu partout maintenant la tête haute, parce que c’est vous maintenant qui apprenez la démocratie aux civils. Ça c'est la vérité. Nous avons dit que nous on restait neutres je crois que je me fais bien comprendre »,  martèle Sékouba Konaté. 

Le général Sékouba Konaté a d’ailleurs mis en garde les militaires qui seraient tentés de se mettre au service de l’un des candidats.  « Ceux qui seront là, à l’affut des politiciens ou autre chose, on ne manquera pas de mettre la main sur vous. Ça c’est clair », a-t-il averti. 

Le premier ministre Jean-Marie Doré, à ses côtés, écoute le discours. Sékou Ba Konaté ne manque pas de « l’encourager et de le féliciter ». La troupe applaudit. Une marque de soutien qui intervient alors que le camp de Cellou Dalein Diallo a demandé hier la démission du premier ministre.

Un climat de défiance règne à Conakry

Pour organiser une élection il faut un minimum de confiance. Confiance dans les institutions et confiance dans les hommes. Ces deux ingrédients manquent cruellement en Guinée. L'UFDG, le parti de Cellou Dalein Diallo n'a plus confiance en Jean-Marie Doré, le Premier ministre de transition. Il l'accuse de favoriser le candidat adverse et demande son départ. Etant donné que l'administration territoriale joue un rôle dans le scrutin. Alpha Condé lui, n'a plus confiance en la CENI et plus particulièrement en sa présidente intérimaire madame Hadja Mame Aminata Camara, soupçonnée de soutenir Cellou Dalein Diallo. Alpha Condé veut imposer à la tête de la CENI un syndicaliste qu'il présente comme un homme neutre mais que récuse déjà le camp adverse. Dans ce climat de défiance, il est difficile de croire que les résultats du scrutin pourront faire l'objet d'un consensus de la part du vainqueur et du vaincu. Dès lors la question du report ou non du second tour n'est plus seulement technique - la CENI est-elle prête?  -mais elle est politique -la CENI est-elle crédible?.

 Le processus électoral est donc dans un cul de sac. Chaque candidat attend désormais l'issue de la rencontre CENI-gouvernement de cet après midi pour se positionner. Mais quelle qu'en soit l'issue, la tâche première des autorités de la transition sera de restaurer la confiance. Sous peine de voir la Guinée s'enfoncer dans un scénario politique à l'ivoirienne.

Commentaire

Nous croyons en la neutralité bienveillante de Sékouba… seulement envers le groupe  RPG du  "Pr" Alpha Condé, le grand ami de son PM. Point.

Croyez-vous le général lorsqu'il affirme que cette armée est "un exemple en Afrique". S'il s'agit de ce qu'il ne faut pas faire, nous sommes d'accord avec lui.

TAD

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0