Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dadis-et-Konate-Danseurs-Mamaya-1.jpg

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.Nous étions incrédules à la première lecture de l'interview accordé à RFI par le Général Sékouba Konaté.

Nous ne sommes plus au stade du président qui assure l'intérim de son ami et "illustre prédécesseur". Le langage diplomatique cède la place  à des expressions que ne renieraient pas les personnes peu regardantes sur la portée de certains termes. L'homme qui soutenait Dadis dans ses dérives ôte de manière spectaculaire son habit de personne discrète pour dire ses "quatre vérités".

Que s'est-il réellement passé? La question est d'autant plus d'actualité que le fameux PM proposé par les Forces vives et entérinné par Konaté ne cache plus sa volonté de hisser Alpha Condé au sommet de l'Etat, contre vents et marrées démocratiques . Le vieux renard n'en est pas à son premier coup fourré.

Faut-il comprendre la nomination de Tibou au poste de ministre d'Etat comme le début de la mise à l'écart de l'encombrant, imprévisible et têtu PM? Les choses semblent se décanter très rapidement. En attendant, lisez donc ces extraits de l'interview.


"Sékouba Konaté est un mystère. Est-il aussi désintéressé par le pouvoir qu’il le prétend ? 

[..]Avec ses mots à lui, le général président répond : « Moi, j’en ai rien à foutre du pouvoir. Je n’ai qu’une envie, c’est de claquer la porte, mais c’est mon entourage qui m’en empêche. A Ouagadougou, on m’a forcé la main, je n’aurais jamais dû accepter ».

Plus tard dans l’entretien, vient la question de la crise autour de la commission électorale. Réponse directe de Sékouba Konaté : « Moi je ne comprends rien à la politique, je laisse tout ça à Tibou Kamara, le secrétaire général de la présidence que je viens de nommer ministre d’Etat ».

Quand le sujet Dadis Camara arrive sur la table, le président de la transition ne cache pas son amertume envers son prédécesseur à la tête du pays : « Un faux type, un menteur, aujourd’hui il a peur de moi et fait tout pour m’éviter à Ouagadougou ».


Les leaders politiques guinéens en prennent aussi pour leur grade : « Je leur ai dit plusieurs fois de se rencontrer mais ils ne m’écoutent pas et les problèmes ethniques montent ».

[..]tombe alors cette menace, dont il est difficile de savoir s’il s’agit d’un coup de bluff pour mettre la pression sur la classe politique, ou d’un réel scénario en préparation : « Si les deux candidats ne sont pas capables de s’entendre, je ferai le tour des garnisons et j’imposerai s’il le faut par la force un civil à la tête du pays ».

Sékouba Konaté est un mystère. Est-il aussi désintéressé par le pouvoir qu’il le prétend ? ..

[..]Le général président répond : « Moi, j’en ai rien à foutre du pouvoir. Je n’ai qu’une envie, c’est de claquer la porte, mais c’est mon entourage qui m’en empêche. A Ouagadougou, on m’a forcé la main, je n’aurais jamais dû accepter ».

Question de la crise autour de la commission électorale. Réponse directe de Sékouba Konaté : « Moi je ne comprends rien à la politique, je laisse tout ça à Tibou Kamara, le secrétaire général de la présidence que je viens de nommer ministre d’Etat ».

Quand le sujet Dadis Camara arrive sur la table, le président de la transition ne cache pas son amertume envers son prédécesseur à la tête du pays : « Un faux type, un menteur, aujourd’hui il a peur de moi et fait tout pour m’éviter à Ouagadougou ».


[..]Les leaders politiques guinéens : « Je leur ai dit plusieurs fois de se rencontrer mais ils ne m’écoutent pas et les problèmes ethniques montent ».

 « Si les deux candidats ne sont pas capables de s’entendre, je ferai le tour des garnisons et j’imposerai s’il le faut par la force un civil à la tête du pays ».

 

Il faut donc faire très attention.La situation est très trouble et favorable à tous les coups foireux. Ne dit-on pas que la nuit tous les chats sont gris et tous les coups permis?

 Alpha Condé, sachant qu'il est et sera le grand perdant des joutes démocratiques, fera tout pour voir un président nommé par Konaté à la place de son adversaire, dont le premier péché est d'être d'une ethnie qu'il abhorre en bon PDGiste bête et méchant. La chanson du Alpha opposant millénaire ne fait plus sourire même les bébés qui en sont encore à leurs dents de lait.

Les écrivains doucereux et faussement impartiaux du professeur ont beau vouloir enrober de sucre de la félonie le discours amer de leur leader, la vérité du racisme primaire d'Alpha et ses brigades Angbansanlés ne trompe plus personne en Guinée.

Il apprendra bientôt que le pouvoir n'est pas destiné ad vitam aeternam à un seul groupe.

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0